Bons baisers de Russie

Bons baisers de Russie est sorti au cinéma le 30 juillet 1964. Le film de genre(s) Action, Aventure, Espionnage, Policier, Thriller est réalisé par Terence Young. On y retrouve notamment Lotte Lenya, Sean Connery et Pedro Armendariz.

Après un James Bond 007 contre Dr. No au succès retentissant, Terence Young récidive avec une suite dans laquelle la redoutable organisation du Spectre se dévoile pour la première fois au cinéma. Sean Connery est reconduit dans le rôle de James Bond et Q, interprété par Desmond Llewelyn, fait sa première apparition à l’écran dans un rôle mythique qui lui collera à la peau jusqu’à sa mort en 1999.

Synopsis du film

L’agent secret britannique James Bond est envoyé par ses supérieurs à Istanbul pour subtiliser aux Russes le décodeur Lektor. Tatiana Romanova, secrétaire de l’ambassade soviétique, doit jouer les intermédiaires. Mais celle-ci est en réalité manipulée par Rosa Klebb, membre du Spectre, une organisation criminelle qui veut raviver la guerre froide. A son arrivée à Istanbul, 007 rencontre Kerim Bey, un espion anglais basé en Turquie.

Bons baisers de Russie : un film réalisé par Terence Young en 1963

  • Titre VO : From Russia with Love
  • Budget / Recettes mondiales : 2 500 000 $ / 78 900 000 $
  • Interprète de James Bond : Sean Connery
  • Méchants : Ernst Blofeld (chef du SPECTRE), Rosa Klebb, Red Grant
  • James Bond Girl : Daniela Bianchi (Tatiana “Tanya” Romanova)

Principaux acteurs et actrices au casting

  • Lotte Lenya (Rosa Klebb)
  • Sean Connery (James Bond)
  • Pedro Armendariz (Ali Kerim Bey)
  • Daniela Bianchi (Tatiana Romanova)

James Bond croise la route de Tatiana Romanova (Daniela Bianchi)

Tatiana Romanova dans Bons Baisers de Russie

Le MI6 reçoit la promesse d’obtenir un appareil de déchiffrement top secret, le Lektor, en échange de son aide pour faire passer une secrétaire russe de l’ambassade soviétique à Istanbul, la James Bond Girl Tatiana Romanova, à l’ouest. Sans le savoir, cette dernière a été engagée par la colonel Rosa Klebb, membre important du Spectre et ancien colonel du KGB, pour tuer James Bond suite à la récente chute du docteur No.

L’agent 007 débarque donc à Istanbul avec la ferme intention de s’emparer du Lektor et de mettre fin aux activités du SPECTRE avant que l’organisation ne parvienne à le tuer.

Les accessoires : l’attaché-case piégé au gaz lacrymogène fait son apparition

Premier gadget officiel utilisé par James Bond au cinéma, l’attaché-case piégé au gaz lacrymogène est introduit en même temps que son créateur : le célèbre Q. La mallette contient une serrure piégée, une lame de couteau dissimulée et une fausse boîte de talc renfermant des gaz lacrymogènes.

La citation

« Du vin rouge avec le poisson, j’aurais du me méfier » (Bond parlant à Red Grant).

Un choix présidentiel

Un an tout pile après la sortie de James Bond 007 contre Dr. No, Bons Baisers de Russie a été choisi pour être la seconde adaptation au cinéma de l’oeuvre de Ian Flemming car il était le roman préféré du président américain Kennedy.

L’anecdote : un problème de rats gloutons sur le tournage…

La séquence des égouts dans laquelle James Bond, Tatiana et l’agent Bey sont poursuivis par des rats n’a pas été une partie de plaisir pour l’équipe de tournage du film. En effet, la loi Britannique interdisant alors d’utiliser des rats sauvages, les producteurs durent en premier lieu employer des centaines de rongeurs blancs apprivoisés et recouverts de cacao. Problème : les rats aiment le cacao c’est bien connu, et les rongeurs passaient leur temps à léchait la fameuse substance… Finalement, c’est à Madrid que la scène pu enfin être tournée grâce à un chasseur de rats qui mit à disposition de l’équipe une centaine de rongeurs.

En images : Rosa Klebb, Red Grant et Tatiana Romanova

Ils en parlent : avis et critiques de la presse cinéma

Ecran Large

Bons baisers de Russie serait-il le meilleur des James Bond ? Il est en tout cas au haut du podium, et reste un épisode particulièrement bien ficelé, avec une vision très proche de l’âme originelle des livres de Ian Fleming. Julien Foussereau

L’avis de la rédaction

Deuxième film de la saga James Bond, Bons Baisers de Russie est le premier à mettre en avant des gadgets au service de 007 (la mallette piégée) et la longue des séries des voitures de Bond – qui feront date dans l’histoire du cinéma – se poursuit avec l’apparition de la superbe Bentley Drophead Coupé Park Ward. L’organisation machiavélique du Spectre est au cœur de l’intrigue et construit l’image d’un opposant impitoyable. Une allusion au docteur Julius No fait la transition parfaite avec cet épisode. Sans conteste, Bons Baisers de Russie est bien plus abouti que son prédécesseur (scénaristiquement parlant) et le fait que les lieutenants du Spectre tombent face à Bond sans toutefois mettre un terme à l’organisation, entretient du mystère pour la suite. Suite connue sous le nom de Goldfinger, annoncée dès le générique de fin.

La musique du film

From Russia With Love, écrit par John Barry et interprété par la voix de Matt Monroe.

Bons baisers de Russie (1967) s’intercale dans la chronologie 007 entre James Bond 007 contre Dr. No (Dr. No, 1962) et Goldfinger (1964).

Vidéo : le trailer officiel

FROM RUSSIA WITH LOVE TRAILER

Fiche technique

GenreAction, Aventure, Espionnage, Policier, Thriller
LicenceJames Bond
Date de sortie30/07/1964
RéalisateurTerence Young

Vos avis

Aucun avis n’a été donné pour le moment. Soyez le premier à en écrire un.

Voir également :Tous les Films