Lunettes 3DLe sondage réalisé par AlloCiné et UP3D pour le Film Français entre le 15 juin et le 8 juillet dernier exprime un résultat sans appel : 73% d'un panel de 11 867 personnes de 15 à 64 ans jugent la 3D « sans intérêt ». Le Vortex décrypte pour vous les résultats de cette enquête exclusive.

64% des sondés estiment que le port de lunettes actives pour la 3D sont « gênantes », contre 51% pour les lunettes passives. En dehors du manque de confort remarqué, l’un des principaux reproches qui ressort de l’étude est celui de la juxtaposition entre lunettes 3D et lunettes de vue.

D’autre part, le prix en moyenne plus élevé du billet pour assister à la projection d’un film en 3D alerte 83% des personnes interrogées, jugeant que ce tarif excessif est « injustifié ».

Autre source d’exaspération chez les spectateurs: l’obligation dans certaines villes et certains cinémas d’assister à un film projeté uniquement dans sa version 3D. A ce titre, 73% des sondés avouent qu’ils n’ont pas eu le choix de découvrir le dernier film qu’ils ont vu en relief et parmi eux, 80% précisent qu’ils auraient préféré le voir en 2D.

La conversion d’un film 2D en version 3D n’est d’ailleurs clairement pas portée dans le cœur des sondés. Les chiffres parlent d’eux même : 25% donnent une note comprise entre 4 et 5/5 à un film tourné en 3D, contre 40% qui ne donnent qu’une note de 1/5 à un film converti en 3D.

Le prochain évènement cinéma dont on parle beaucoup en ce moment, à savoir Tintin et le secret de la Licorne (retrouvez notre article complet Tintin au cinéma, je dirais même plus!) alliant technologie 3D et motion capture, a toutes ses chances de séduire les spectateurs, puisqu’il bénéficie d’une production directement en relief incluant des effets spéciaux spécifiques à ce type de production (comme les jaillissements d’objets vers le spectateur (66% des sondés ont déclarés plébisciter la 3D pour ce type d’effet)).

Aujourd’hui les spectateurs semblent donc plutôt déçus et réfractaires au tout 3D : lunettes gênantes, intérêt souvent limité, prétexte pour revoir les tarifs à la hausse… Les arguments en défaveur de la mode du relief sont légion. En revanche les films de qualité intégralement « pensés 3D » reçoivent les faveurs du public qui ne demande qu’à être conquis en permanence par de nouvelles prouesses technologiques. Reste à concilier confort et utilisation à bon escient. C’est sans doute dans la recherche de cet équilibre que le phénomène 3D a un véritable avenir au cinéma.

Sources: http://www.lefilmfrancais.com/http://www.premiere.fr/

Partager l'article sur les réseaux sociaux
Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers dossiers cinéma

  • 1

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.