×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /var/www/clients/client1/web3/web/images/films/star-wars-7

×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/films/star-wars-7

Des spectateurs en larmes, d'autres explosant de joie à la sortie des salles obscures dès les premières séances en ce mercredi 16 décembre. Aucun doute possible : Star Wars est bien de retour en force au cinéma. Au vu de l'ampleur quasi inégalée du phénomène (marketing) généré autour du septième opus de la saga, vous ne serez sans doute pas étonné de savoir que même votre arrière grand-mère, retranchée depuis belle lurette au fin fond de la Creuse, avait innocemment coché la case du 16 décembre 2015 sur son calendrier local des PTT (excusez la référence c'est l'émotion). La question absolue qui nous anime tous est donc la suivante : Star Wars : le Réveil de la Force est-il le chef d'oeuvre annoncé ? La réponse, la seule, l'unique, se trouve au coeur du Vortex.

Avant d'aller plus loin, nous tenons à vous rassurer tous autant que vous êtes : aucun Wookiee n'a été maltraité durant la rédaction de cette chronique. Plus sérieusement (aussi étonnant que cela puisse paraître, nous en sommes capable), voici la précision que vous attendez tous : afin de conserver l'effet de surprise intact, nous nous sommes efforcé de verser dans le NO SPOILER tout au long de l'article. L'exercice n'a certes pas été évident, mais l'idée même que nous puissions vous gâcher ne serait-ce qu'une minute de la magie du film nous était insupportable. Car oui, on peut d'ores-et-déjà l'annoncer : de magie il est bien ici question. Le charme de Star Wars opère toujours. Allez, trève de bavardages jeune padawan, entrons dans le vif du sujet et voyons ce que J.J. Abrams nous a concocté.

Le phénomène Star Wars et son impact marketing : à la limite de l'écoeurement ?

Star Wars 7 : Rey libère BB-8Ça y est nous y sommes : Star Wars VII est ENFIN sorti en salles. Des années, des mois, des semaines de battage médiatique pour un Réveil de la Force qui ne va vous maintenir éveillé qu'un peu plus de deux heures... Et c'est là qu'entre impatience et appréhension - comme tout bon cinéphile qui se respecte - vous vous dites : « je vais forcément être déçu, déjà écoeuré des sacs d'oranges emballées dans du papier Star Wars, des couches Chewbacca, brosses à dent Obi-Wan Kenobi avec dentifrice laser intégré et autre papier toilette luminescent C-3PO... trop c'est trop ! Et puis, de toute façon, reconduire la saga est une très mauvaise idée : la prélogie ultra synthétisée des années 2000 m'avait filé un horrible mal de crâne. S'en est fini pour moi des espoirs en la Force. Les Jedi sont de l'histoire ancienne. L'esprit aventurier des trois premiers opus de la Guerre des étoiles - Un nouvel espoir (1977), l'Empire contre-attaque (1980) et le Retour du Jedi (1983) - s'est définitivement perdu aux fins fond des marécages de Dagoba, désintégré comme la maléfique Étoile noire et la haine destructrice de Dark Vador »... Et si vous aviez tort ?

Star Wars VII : la Force reprend du service

Les fans de la saga au rendez-vous

Avec cette boule au ventre, je pénètre dans la salle déjà bien remplie. Force est de constater que la magie du marketing opère à son plus haut niveau tout autour de moi : tee-shirt brandé Dark Vador, écharpe à l'effigie de la princesse Leia Organa, logos de Stormtroopers ostensiblement affichés... Les fans de la première heure ont fait le déplacement. Ce n'est qu'une fois assis que je sursaute à moitié au son d'un sabre laser en plastique dont le doux crachotement me parvient aux oreilles à intervalles réguliers. Un jeune bougre d'une douzaine d'années qui "ambiance" ses collègues du moment depuis le dernier rang. Sympa. Après le flot habituel de publicités, les lumières s'éteignent dans un silence royal. Tout le monde retient son souffle. Un logo Lucasfilm plus tard disparaissant en fondu, le générique d'antan éclate en fanfare comme attendu (dont on ne vous en dévoilera comme promis pas le moindre contenu, petit veinard). Je ne vous cache pas qu'à ce stade, quelques frissons surgissent. Allons-y pour 2h15 de Réveil de la Force. Que la force soit avec nous !

De la nostalgie, une touche d'humour et beaucoup de fighting spirit... la clé du succès ?

Star Wars 7 : le côté obscur revient en forceLa première chose qui saute aux yeux est que Star Wars : le Réveil de la Force est avant tout fait pour les fans de Star Wars. Non pas que ceux découvrant tout juste la saga de George Lucas par ce septième opus seront forcément déçus. Mais ils passeront à côté de nombreux clins d'oeils aux précédents épisodes. Ce qui entre-nous relèverait presque du sacrilège. En effet, à chaque touche d'humour ou situation cocasse, les rires fusent naturellement dans la salle. Je l'avoue : j'ai moi même pouffé plusieurs fois et sans forcer. Dans la lignée du duo désormais mythique C-3PO / R2-D2, les droïdes du Réveil de la Force sont toujours aussi funs à voir évoluer avec les humains. Et ce n'est pas pour nous déplaire !

L'humour n'est d'ailleurs pas le seul point positif du film : on retrouve dans Star Wars VII des personnages charismatiques importants de la saga originelle (Han Solo, Leia, Luke) mais aussi de petits nouveaux pleins d'espoir et de vie du côté de la Force (Rey, Finn, Poe Dameron) et d'autres emplis de haine et de colère du côté Obscur (leader suprême Snoke, général Hux, Kylo Ren)... Globalement la sauce prend : les acteurs sont bons et plutôt attachants, déroulant leur rôle dans la lignée des premiers films historiques (on va oublier la prélogie une bonne fois pour toutes). Autre bonne nouvelle : moins d'images de synthèses sont utilisées pour les personnages (à l'exception du leader Suprême Snoke et de quelques créatures galactiques peu communes) et davantage de costumes incarnés par des acteurs humains. Voilà ni plus ni moins ce que les fans attendaient. C'est propre, efficace.

Du côté des scènes d'action, on en prend également plein la vue. On imagine déjà sans peine le Blu-ray tourner en boucle sur notre écran 4K l'année prochaine... Sans dévoiler une once du scénario, reconnaissons que la structure de ce Star Wars est finalement des plus classiques. Et c'est peut-être là le seul reproche que l'on pourrait faire au film : donner dans la recette efficace sans vraiment révolutionner le genre du space-opéra. Soyons honnête : l'histoire du Réveil de la Force ne grille pas trois circuits imprimés à un Droïde de protocole. Par contre on en ressort un grand sourire aux lèvres, heureux d'avoir renoué avec l'esprit aventurier des premiers Star Wars qui ont su emerveiller notre enfance. Déjà hâte de voir ce que nous réservera la suite !

Un avant-gout de la Force : découvrez la bande-annonce de Star Wars VII

Galerie photos

{gallery}films/star-wars-7{/gallery}

Partager l'article sur les réseaux sociaux
Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Dernières critiques de film

  • 1

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus