Real SteelVoir d'immenses robots se distribuer des mandales à tout-va sur un ring pour le plaisir d'aficionados en furie, c'est certainement un rêve de gosse pour la plupart d'entre nous. Un rêve qui devient réalité grâce à l'inattendu Shawn Levy qui nous livre une sorte de Rocky Balboa mécanique sous la forme d'un blockbuster hollywoodien. Maintenant, il nous reste plus qu'à voir si cet attendu Real Steel tient ses promesses, surtout qu'il se fait connaître après le succès phénoménal de la saga Transformers.

Quand la robotique divertit les hommes

Hugh Jackman entraîne AtomDans un futur proche, les hommes ne combattent plus sur le ring. A leur place, ce sont des robots, commandés par ces derniers, qui s'affrontent devant des millions de spectateurs. Ancien boxeur de renom, Charlie Kenton (Hugh Jackman) a dû s'adapter à ce nouveau sport high-tech. Mais le problème, c'est qu'il enchaîne les défaites et surtout les dettes. En effet, son argent, il le dépense en achat et réparation de robots alors qu'il en doit à bon nombre de personnes.

Mais sa vie va changer quand débarque son fils Max (Dakota Goyo) après le décès de son ex-femme. Malgré le fait d'avoir fui pendant plusieurs années ses responsabilités de père, Charlie va lui faire découvrir l'univers de la boxe entre robots. Jusqu'au jour où Max met à jour Atom, un petit robot humanoïde qui parait bien rachitique, que Charlie va pourtant entraîner pour gagner les combats, l'argent et surtout le coeur de son fils qui lui est inconnu. 

Combat de robots sur fond de bons sentiments : vous êtes bien chez Disney !

Evangeline Lilly dans Real Steel

Pas de surprise ! Dès la bande-annonce, on sent que le film va être un divertissement familial. Qui dit spectacle familial dit public jeune. Et qui dit public jeune dit forcément film avec surdose de bons sentiments. Real Steel n'est pas qu'un film où les robots se battent pendant 2h mais l'histoire d'un père qui apprend à connaître son fils. Et c'est là qu'interviennent les émotions qui peuvent faire pleurer ou sourire ! Mais une surdose de bons sentiments peut parfois gâcher le résultat final. Il faut bien avouer que si la recette fonctionne pour les dessins animés Disney, ce n'est pas vraimenet le cas pour les films du studio de Mickey.

Cette surdose de bons sentiments est notamment dûe à une photographie souvent poussive sur certains plans, ces derniers nous forçant par moment à vouloir ressentir une émotion puissante pendant la séquence. Le problème, c'est que cela ne marche pas à tous les coups.

Autre facteur déterminant : le scénario. Des plus classiques, reprenant les célèbres Rocky (surtout pour le final) et d'autres films de boxe (dont le récent Warrior), le script est concentré sur la relation père/fils. Conventionnel, sans compter sur le fait que lui aussi nous livre des bons sentiments à gogo.

Hugh Jackman dans le rôle d'un père de famille charismatique et touchant

Real Steel en plein combatMais au final, cette surdose passe agréablement. On doit cette impression à une histoire certes classique mais attachante, aidée notamment par les personnages charismatiques du film. En même temps, il faut voir les acteurs qui en font partie : Hugh Jackman, qui use de son naturel avec panache, et le jeune Dakota Goyo, qui se fait remarquer à l'écran sans difficulté. Sans compter que l'alchimie fonctionne du tonnerre entre-eux !

Même chose pour Evangeline Lilly, qui entre avec du savoir-faire et un certain charme dans cette équipe.

Les robots de Real Steel n'ont pas à rougir des Transformers

Et les robots dans tout ça ? Ils sont, bien entendu, les personnages centraux du film ! Si vous vous attendiez à des machines à la Transformers, vous aviez tout faux ! En effet, les robots métalliques sont dénués d'esprit, d'âme, de vie mais possèdent un charme certain. Il n'y a qu'à voir les effets spéciaux qui leur donnent vie : des animatroniques impressionnants pour le tournage ainsi que des effets numériques de qualité (sur ce point on se rapproche de Transformers), le tout ponctué par des effets sonores bluffants. Le Robot intelligent, figure de proue du marketing Real Steel apparaît soigné et c'est une très bonne chose.

Un film de boxe à la sauce Shawn Levy

Le Robot Atom en réparation sur le ring

Le plus étonnant dans tout cela, c'est tout simplement Shawn Levy ! On pouvait avoir peur de Real Steel du fait qu'il soit réalisé par le "papa" de Treize à la Douzaine, La Panthère Rose (avec Steve Martin) et la saga comique La Nuit au Musée. Peur à ce titre d'avoir au final un blockbuster qui chute dans l'humour graveleux. Heureusement, ce n'est pas le cas ! Et pour cause, le réalisateur nous livre son film le plus mature, le tout avec une bonne dose de sentiments (il faut vraiment le souligner, même si je me répète un peu) et un humour qui fait mouche. En bref, on ne s'ennuie à aucun moment ! Et n'oublions pas le punch avec lequel sont filmées les séquences de combats entre robots humanoïdes, car tout de même, n'oublions pas qu'il s'agit d'un film de boxe.

Real Steel en fera sourire plus d'un avec ses bons sentiments et son scénario simpliste. Mais il faut être resté gosse pour voir ce long-métrage de Shawn Levy pour ce qu'il est, c'est-à-dire un divertissement familial de bonne facture, drôle, attachant, en plus d'être bien interprété et visuellement réussi. Finalement, je suis fin prêt pour un deuxième round. Et vous, l'êtes vous ?

La bande-annonce de Real Steel

Partager l'article sur les réseaux sociaux
Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Dernières critiques de film

  • 1

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.

En savoir plus